Les lauréats 2019

Le chiffre 13 a porté bonheur aux quatre derniers candidats en lice pour le Festival d’Humour de Remicourt, puisqu’ils sont tous repartis avec un Prix dans la poche.

Un thème imposé

Tim Doucet

Les candidats disposaient de quinze minutes pour leur prestation, tout en pouvant présenter le même sketch que lors des demi-finales de la semaine dernière. Une prestation à laquelle il pouvaient, sans obligation toutefois, inclure le thème imposé, « Si j’étais Président du Festival de Remicourt« . Ils étaient trois à concourir pour ce prix spécial, et c’est le très jeune Tim Doucet (12 ans), qui a convaincu le Jury en parodiant la chanson de Gérard Lenormand « Si j’étais Président« .

Le prix du public

Denis Richir a convaincu le public

Le petit cafouillage pour Denis Richir ne lui permettra pas de terminer dans les délais imposés : il est donc d’office exclu de la compétition principale. Denis avait toutefois eu le temps de convaincre le public lors des demi-finales avec deux excellentes prestations. Il empoche donc un prix qui, comme il l’a si bien précisé, est toujours le plus important d’un concours.

D E N A : 100000 watts d’énergie positive

« J’ai un physique exceptionnel » Dena

Iranienne d’origine, DENA jongle aussi entre le standup en français et le néerlandais. Elle sait aussi faire chanter et danser le public, un moment dont Michel Desaubies se souviendra ! Cette centrale nucléaire du rire reviendra très vite en Hesbaye puisqu’avec le Grand Prix dans la poche, elle sera programmée ultérieurement par le Centre Culturel.

Un sketch écrit en une semaine

Sophie Francis reviendra en 2020.

Dernier prix, mais pas des moindres, celui de l’aide à la création. Il permet à un candidat d’obtenir l’aide du centre culturel pour réaliser tout un spectacle et venir le présenter lors du Festival l’année suivante. Sophie Francis participe aux ateliers du rire depuis 3 ans, et elle sait écrire ! La preuve directe sur la scène de Remicourt. Elle risque de mettre 80% de nouveau texte lors de son passage. Un braquage très spécial, des rebondissements, le thème imposé, tout y est. Le passage de Sophie lui permettra d’obtenir le prix de la création, et en même temps, celui de la presse.

« J’ai commencé à écrire le texte dimanche dernier, j’avais mon idée du Forem, du braquage, et mes comparses de l’atelier m’ont aidé à finaliser le tout« , nous a précisé Sophie après la remise de Prix. La suite des aventures ? Pas de projet défini à l’heure actuelle, si ce n’est la préparation pour l’année prochaine. Mais l’humoriste nous a aussi confié penser aller proposer ses services pour des chroniques humoristiques aux radios. Avec sa vitesse et sa précision d’écriture, on pourrait très vite l’entendre sur l’une de nos chaînes nationales.

Crédits photo : Laurent Etienne (couverture) – Henry Magerès (portraits candidats)